Suivi et études

Suivi de l’érosion dans le Sud de la Nouvelle-Calédonie

L’érosion est une pression environnementale omniprésente en province Sud. La nature friable des roches des reliefs du Grand Sud exposées à un climat tropical rend les sols naturellement sensibles à l’érosion. Ce phénomène engendre sur les versants des montagnes le détachement de particules de terre qui sont transportées dans les creeks jusqu’au lagon.

 Bien que naturelle, l’érosion peut avoir de forts impacts sur les milieux terrestres et aquatiques. Les activités minières, qui détruisent de grandes surfaces de végétation, exposent les sols nus à une érosion accrue.

L’OEIL a engagé en 2011 une étude pour améliorer le suivi de l’érosion dans le Grand Sud. Dans un premier temps, ce travail consiste à inventorier les connaissances sur l’érosion en Nouvelle-Calédonie ainsi que les outils de surveillance existants.

Rapport bientôt disponible
Page 17 de l'OEIL mag n°3

Suivi de l’évolution des paysages en province Sud

Urbanisation rapide, nouveaux projets miniers d’envergure, feux de brousse... Les pressions anthropiques grandissantes modifient profondément les écosystèmes et paysages de la province Sud.

L’OEIL pilote une étude pour rendre compte de l’évolution des paysages sur l’ensemble de la province Sud de 1998 à nos jours.

Ce suivi, jamais réalisé à cette échelle en Nouvelle-Calédonie, se base sur des cartes d’occupation du sol obtenues à partir d’images satellites. Les premières cartographies ont été produites en 2011, les premiers résultats ont été dévoilés début 2012.

Voir le rapport
Voir le site cartographique

Influence de Vale-Nouvelle-Calédonie sur le milieu marin (2005-2011)

L’exploitation des latérites nickélifères dans le Grand Sud a conduit Vale Nouvelle-Calédonie à mettre en place un procédé de solubilisation du minerai par voie acide produisant des résidus liquides appelés : effluent. De par son débit (1 200 à 1 500 m3/h), sa composition et par le fait qu’il soit rejeté dans le lagon, l’effluent marin inquiète les populations locales, les associations environnementales et le grand public. Mais au-delà du « Grand Tuyau », c’est la question globale de l’impact de Vale Nouvelle-Calédonie dans le lagon du Grand Sud qui intéresse l’OEIL.

L’Observatoire a commandé au laboratoire AEL/LEA une synthèse des travaux scientifiques prédictifs du comportement de l’effluent marin d’une part et du suivi environnemental (physico-chimique et écotoxicologique) actuel d’autre part.

Les premiers résultats du suivi (2008-2011) permettent de déceler une influence des activités minières au niveau des embouchures de principaux termes sources de matériel particulaire que sont : le Creek Baie Nord et la Kué. Ailleurs, et notamment à proximité du diffuseur du Grand Tuyau, il n’a été mesuré aucun impact notoire en matière de concentration en métaux ni dans les eaux, ni dans les sédiments.

Rapport accessible sur demande adressée à l'OEIL
Voir le dossier de l’OEIL Mag n°3 (Le Grand Tuyau : la principale menace du lagon Sud-Ouest/OEIL/2012)

Suivi de la gratte en baie du Prony

La ciguatera ou « gratte » est une intoxication due à la consommation de poissons tropicaux associés aux récifs coralliens. Cette intoxication a pour origine l’accumulation de toxines produites par des micro-algues (Gambierdiscus spp.) et certaines cyanobactéries dans la chair des organismes consommés. Les modifications de certains facteurs environnementaux peuvent favoriser le développement de zones ciguatériques comme la création de « nouvelles surfaces » colonisables par le biais de macro- algues opportunistes, supports privilégiés des dinoflagellés ou directement par les cyanobactéries.

Si ceux-ci sont toxinogènes, les toxines produites peuvent rentrer dans la chaîne alimentaire via les poissons herbivores ou les mollusques et engendrer des flambées de gratte chez les consommateurs.

Au moment même de la mise en production de l’usine de Vale Nouvelle-Calédonie dans le Grand Sud, le suivi de la ciguatéra s’impose comme une nécessité pour assurer la sécurité sanitaire des populations riveraines de la zone d’influence de l’industriel. L’OEIL a financé une étude de surveillance, menée par le bureau d’étude AEL en Baie de Prony. Quinze stations ont été échantillonnées mensuellement pour détecter l’efflorescence de microorganismes ciguatoxinogènes et tester leur degré de toxicité.

Voir le rapport

Etude des rassemblements de frai des poissons

De nombreux poissons récifaux forment de larges rassemblements au moment du frai, rassemblement souvent ciblés par les pêcheurs. Assistés par des outils performants de navigation ces rassemblements peuvent être intensivement exploités et disparaître en quelques années. La disparition de ces frayères engendre rapidement le déclin des populations concernées.

Des enquêtes de savoirs menées auprès des usagers de la mer ont permis de révéler deux sites d’intérêt pour la reproduction des poissons récifaux sur les zones patrimoniales de la province Sud. La fausse passe de Bourail (zone côtière Ouest) et la passe de Kouaré (Grand Lagon Sud) ont été suivies au cours de l’été 2010-2011.

Les informations recueillies permettent de mettre en place un réseau de suivi de deux frayères.

Ce suivi doit permettre à la province Sud d’opter pour des mesures de gestion et de conservation adaptées au contexte environnemental de ces frayères.

Bilan de l’état de santé de la rivière Kué

La majorité des aménagements de l’industriel Vale Nouvelle-Calédonie est implantée sur les bassins-versants de la Kué. Ces installations ont un impact environnemental sur la rivière et ses affluents : érosion, perturbation de la vie aquatique, modification de la qualité de l’eau…

L’OEIL a réalisé un rapport offrant une vision globale, jusqu’à présent inaccessible, sur la santé de la rivière Kué. Il propose une analyse des pressions associées aux différents aménagements mis en place par l’industriel. Il dresse un bilan de l’état de santé de la rivière sur le plan biologique (vie aquatique) et physico-chimique (qualité de l’eau et des sédiments).

Adressé à un public averti (gestionnaires, spécialistes de l’environnement), ce document technique sera complété fin 2012 par un livret plus accessible, à destination du grand public.

Voir le rapport

Album

Résultats des suivis

 

Boite à outils

_

En savoir +

Ressources

Inscription

Recevez notre newsletter !