Pollution sonore

La pollution sonore regroupe les nuisances occasionnées par différentes sources de bruit. En Nouvelle-Calédonie, il s’agit essentiellement des bruits provoqués par les activités industrielles (usines, extraction minière) et par les engins motorisés (véhicules à moteur terrestres, maritimes ou aériens).

Les usines métallurgiques et les centrales thermoélectriques sont des installations bruyantes avec le fonctionnement des fours rotatifs et autres machines.

L’extraction minière est également une source importante de pollution sonore. Les engins de terrassement minier qui raclent le sol font beaucoup de bruit.

L’urbanisation croissante du Territoire entraine l’apparition de nombreux chantiers de construction. Qu’il s’agisse d’habitations ou d’infrastructures, ces chantiers nécessitent des engins de terrassement évidemment bruyants. Pour la construction de grands lotissements, comme on peut en voir aujourd’hui en périphérie de Nouméa, les chantiers peuvent durer plusieurs années.

Une pollution sonore évidente est celle provoquée par les transports terrestres : de plus en plus de véhicules motorisés sillonnent le Territoire. Les transports aériens génèrent aussi du bruit. C’est le cas de l’aéroport international de la Tontouta en particulier et de tous les aérodromes disséminés sur le Territoire. Un avion au décollage émet en effet un son puissant.

En mer aussi, les pollutions sonores existent. Elles sont générées par les différentes embarcations. Les petits bateaux de plaisance des particuliers, les jets-skis, les énormes cargos miniers et les monumentaux navires de croisière font tous du bruit.

Impacts environnementaux

La pollution sonore représente une gêne chronique qui peut engendrer de graves conséquences sur les organismes vivants. La plupart des espèces animales terrestres sont dérangées par le bruit. Elles fuient alors les zones trop bruyantes pour regagner des lieux de vie plus calmes. Les villes, les chantiers et les sites miniers font fuir les animaux.

Les oiseaux, qui communiquent avec leur chant, sont particulièrement sensibles à la pollution sonore. C’est le cas aussi des Roussettes, qui utilisent le son pour se déplacer et pour chasser. Si la pollution sonore est trop forte, cela brouille leur signal et perturbe leur déplacement.

La pollution sonore sous-marine influence
le comportement des baleines

La pollution sonore sous-marine est également une source de dérangement pour les animaux marins. Les mammifères marins en particulier utilisent le son pour communiquer entre eux, se déplacer ou chasser. La pollution sonore peut perturber leur rythme de vie. Elle peut par exemple modifier le comportement des baleines et provoquer leur échouage et leur mort.

Il semble que les tortues marines soient également sensibles à la pollution sonore et abandonnent les sites de nidification trop bruyants.


Nbre de navires marchands ayant transité
dans le lagon en 2009 : 963
Nbre de décollages et d’atterrissages
en 2011 sur l’aéroport de la Tontouta : 7 085
Nbre de paquebots qui ont fait escale en 2011 : 121

Album

Sources
  • IFAW. Ocean Noise : Turn it down - A report on ocean noise pollution, 2008.
  • ISEE. Transport. ISEE-TEC édition abrégée, 2010.