La densité des organismes macrobenthiques

L’indicateur « densité du macrobenthos »  est couramment utilisé. En effet, les organismes macrobenthiques sont sensibles aux conditions du milieu marin et les peuplements peuvent donc évoluer si les conditions se dégradent.

Cet indicateur n’est pas spécifique de telle ou telle pression. Le plus souvent, il permet de confirmer d’autres modifications observées, notamment des évolutions dans la nature du substrat. Lorsque le substrat change, l’habitat change lui aussi. Or, les organismes macrobenthiques ne sont pas du tout les mêmes sur des fonds coralliens et sur des fonds vaseux. Si la tendance est à l’envasement, la densité de certains organismes macrobenthiques  (comme les langoustes par exemple) va chuter.

Cet indicateur est donc assez utilisé pour évaluer les effets à long terme des projets miniers notamment sur les aspects érosion/sédimentation qui transforment les habitats.

Cependant, l’évolution de la densité du macrobenthos peut trouver sa cause ailleurs que dans l’augmentation de la sédimentation. La surpêche de certaines espèces (langoustes, trocas, etc.), la pollution organique (aux hydrocarbures par exemple), l’augmentation de la température, etc. peuvent aussi être responsables d’un changement dans les peuplements macrobenthiques.
Le plus souvent, les données sont obtenues par comptages visuels en plongée sur une bande de 5 m de large le long d’un transect de 20 ou 50 m.

Pour connaître la densité de chacune des catégories de macrobenthos, il suffit de sommer les quantités de toutes les espèces de macrobenthos et de diviser par la surface de la zone prospectée.

Dans le cadre du programme RORC, seules certaines espèces macrobenthiques sont recensées. Les seuils utilisés sont alors les suivants :

fort

moyen

faible

Nb d'organismes

cibles / 100m²

> 30

16-29

< 15

Sources

Résultats des suivis

 

Boite à outils

_

A voir aussi

En savoir +

Ressources

Inscription

Recevez notre newsletter !