Aménagements et terrassements

Face à l’accroissement constant de sa population, la Nouvelle-Calédonie doit faire face à un important développement urbain. Il faut donc aménager le territoire, y construire des logements, des voies de communication, des réseaux d’eau et d’électricité.

Il faut également implanter un certain nombre d’infrastructures  (centres commerciaux, aéroports, gares routières, ports, parking, etc.).

Ces aménagements peuvent s’accompagner d’importantes modifications des milieux naturels. Pour construire des lotissements, des forêts sont parfois rasées et des zones de relief sont aplanies. Pour gagner de l’espace, des marais sont asséchés et des zones de mangroves sont remblayées.

Pour construire des ponts, des piliers sont implantés dans les rivières et des cours d’eau sont canalisés.

Pour construire des routes le terrain doit être bien dégagé, sans végétation et sans relief important. Pour implanter des lignes électriques, et surtout pour les entretenir, on défriche et on crée des pistes.

Impacts environnementaux de l’aménagement du territoire

L’aménagement du territoire conduit souvent à une destruction des milieux naturels. Les animaux capables de fuir peuvent trouver refuge ailleurs mais leur territoire est diminué. Les plantes, quant à elles, meurent sous l’action des engins de terrassement. Ces chantiers sont également une source importante de poussières qui se déposent à proximité et peuvent impacter les organismes vivants.

Sur le littoral, certaines zones de mangroves sont parfois remblayées volontairement. Les remblais concernent aussi les récifs coralliens frangeants. Au-delà de l’impact direct (disparition de l’habitat, des animaux et des végétaux), ces aménagements peuvent avoir un impact indirect sur d’autres milieux, à distance. En effet, il arrive parfois que les courants côtiers soient modifiés par les aménagements (remblais, chenaux, etc.). La direction et la force des courants changent. Les herbiers sont particulièrement sensibles à ces changements. Si les courants marins faiblissent, les herbiers risquent l’asphyxie, ensevelis par la vase. Si les courants forcissent, les herbiers peuvent être arrachés.

L’aménagement du territoire conduit bien souvent à la destruction des milieux naturels

On peut noter aussi que les différents aménagements favorisent la prolifération des espèces envahissantes. En effet, des animaux et des végétaux parfois envahissants sont déplacés avec les matériaux de construction.

Enfin, les différents aménagements participent au changement climatique global (qui a lui-même un impact indirect sur les milieux naturels et la biodiversité). En effet, la consommation de matériaux de construction et l’activité générée par les travaux sont des sources de gaz à effet de serre.



Accroissement de la population entre 1996 et 2009 :
50 000 habitants (soit 25 %)

Album

Sources

Résultats des suivis

 

Boite à outils

_

En savoir +

Inscription

Recevez notre newsletter !